Actualités

Merci d’avoir assisté à notre débat « la Stratégie numérique de l’UE pour les Balkans occidentaux: quel impact sur le processus d’élargissement? »

Nous vous remercions d’avoir assisté à notre débat « la Stratégie numérique de l’UE pour les Balkans occidentaux: quel impact sur le processus d’élargissement? « 

PubAffairs Bruxelles a été ravi d’organiser, le 24 avril, le débat entre nos éminents orateurs Madame Mariya Gabriel, Commissaire à l’Économie et à la Société numériques, Monsieur Johannes Noack, Membre du Cabinet du Commissaire Hahn, Politique européenne de voisinage et négociations d’élargissement, Madame Maja Handjiska-Trendafilova, Chef d’unité, Stratégie «SEE2020», Conseil de Coopération Régionale et Monsieur Stéphane Lopez, Ambassadeur, Représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie auprès de l’Union européenne.

Nous tenons à remercier nos invités, notre modérateur, Quentin Ariès, journaliste freelance, le public et notre partenaire, la Représentation Permanente de l’Organisation Internationale de la Francophonie auprès de l’UE qui a permis à ce débat d’avoir lieu.

Nous espérons que tous les intervenants, les participants, ainsi que nos membres actuels et futurs se joindront à nous lors de notre prochain débat qui aura lieu en anglais le 22 mai prochain.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Eurostat: Transmission des données du déficit et de la dette pour 2017 – 1ère notification – Déficit public de la zone euro et de l’UE28 respectivement de 0,9% et 1,0 % du PIB – Dette publique à 86,7% et 81,6% | Commission européenne – Communiqué de Presse

Le déficit ainsi que la dette publique se sont réduits en termes relatifs en 2017 par rapport à 2016, tant dans la zone euro (ZE19) que dans l’UE28.

Le ratio du déficit public par rapport au PIB a baissé dans la zone euro, passant de 1,5% en 2016 à 0,9% en 2017, ainsi que dans l’UE28, de 1,6% à 1,0%. Le ratio de la dette publique par rapport au PIB a reculé dans la zone euro, passant de 89,0% à la fin de l’année 2016 à 86,7% à la fin de l’année 2017, ainsi que dans l’UE28, de 83,3% à 81,6%. Un communiqué de presse est disponible ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

[EN] SAVE THE DATE | What role for energy storage systems in the EU energy transition? (May 22)

We are delighted to invite you to a debate organised by PubAffairs Bruxelles which will be held on Tuesday the 22nd of May at 19.00 at the premises of The Office, rue d’Arlon, 80, Brussels. The event will consist of a debate about the role of ‘Energy storage systems in the EU energy transition process‘.

Although speakers and event details will be announced in the coming days, we publishing this event now to make sure you save the date.

This event is kindly sponsored by

 

This event has been organised in support of the

 

About the debate

Both in Europe and around the world, the question of climate change has urged all the concerned stakeholders to scale up efforts in finding innovative and efficient long-term solutions to facilitate a fast-paced transition to sustainable forms of energy production and consumption.

The EU has achieved considerable progress by reducing nearly a quarter of its emissions since 1990, while its GDP has more than doubled in the same period. Furthermore, as the European Commission stated in the 2017 and 2018 “State of the Energy Union” reports, new jobs, growth and opportunities for innovation and investments have been created. Nevertheless, both the efforts and positive results achieved this far need to continue for the EU to play the role of a global leader in de-carbonised smart energy systems.

More flexibility is needed in the electricity systems of the energy transition, in particular as a consequence of the variability of renewable energies. The development of many different uses of storage is therefore going to be encouraged. Storage is expected to bring value at different geographical and time scales, ranging from home and building scale so as to favor self-consumption, to regional one, storage being used for grid stability (short-term) and seasonal adaptation (mid-term).

Which value is expected to be created and how will it be shared between stakeholders? Which technologies can address which markets and when will they be mature?

What role for energy storage systems in the EU energy transition?

 

This event will be held under the Chatham House Rule. Participants are free to use the information received but neither the identity nor the affiliation of the attendees may be revealed. For this reason, unless explicitly authorised by PubAffairs Bruxelles, the filming and/or the recording of the event by any means are strictly forbidden.

The event will commence with a welcome drink at 7h00 pm, followed by a panel debate at 7.30 pm. After the panel debate there will be an opportunity for questions and discussions.


We look forward to seeing you at 7h00 pm on the 22nd of May at The Office, rue d’Arlon, 80, Brussels.*

All our debates are followed by a drink in a convivial atmosphere.

*Please note that the venue where we regularly hold our event series has changed

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Evènements de la semaine du 23 au 29 avril 2018 | Parlement européen – Communiqué de Presse

Système d’asile européen. De nouvelles règles établissant une procédure unique de l’UE pour les demandes d’asile, dans le but d’éviter ce que l’on appelle le « shopping d’asile », seront mises aux voix en commission des libertés civiles. Elles devraient simplifier et raccourcir les procédures d’asile et inclure des garanties pour les demandeurs d’asile. Elles introduiraient également une définition à l’échelle de l’UE du concept de pays tiers sûrs. (Mercredi)

Anti-terrorisme. Les raisons de la radicalisation et le phénomène des combattants étrangers, en particulier la radicalisation en ligne et dans les prisons, seront abordées par la commission spéciale sur le terrorisme en présence d’experts et de personnes travaillant sur le terrain. Les députés débattront aussi de la voie à suivre pour prévenir et contrer la radicalisation. (Mardi)

Élargissement. Johannes Hahn, commissaire chargé de la politique européenne de voisinage et d’élargissement, devrait présenter et débattre du paquet élargissement 2018 avec la commission des affaires étrangères. Le document évalue les réformes dans les Balkans occidentaux et en Turquie, ainsi que la question de savoir si ces pays se rapprochent d’une adhésion à l’UE. (Lundi)

UE/Tunisie. Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed débattra avec les députés de la commission des affaires étrangères du soutien de l’UE à la transition démocratique, de la réadmission des migrants, de la facilitation des visas, de l’accès des produits tunisiens au marché de l’UE et de la liste noire des pays exposés au blanchiment de capitaux. M. Chahed rencontrera également le Président du Parlement, M. Tajani. Les négociations avec la Tunisie sur un accord de libre-échange global et approfondi reprendront le 23 avril. (Mardi)

Emploi/Caterpillar. La commission du budget se prononcera sur une aide de 4,6 millions d’euros du Fonds d’ajustement à la mondialisation en faveur d’anciens travailleurs de Caterpillar en Belgique. Cette aide devrait faciliter la réintégration sur le marché du travail de 2287 salariés licenciés par l’usine belge du fabricant de machines de construction et par plusieurs fournisseurs au cours de l’année 2017. (Mardi)

Conférence sur la société numérique. Une conférence de haut niveau sur le thème « Bâtir notre avenir numérique: le défi de la révolution numérique » abordera les défis et les opportunités pour les Européens dans une société numérique ainsi que la manière de mobiliser les investissements, de favoriser l’innovation et d’assurer des avantages pour les entreprises et les consommateurs. Le Président Tajani et la commissaire à l’économie numérique Mariya Gabriel donneront le coup d’envoi des débats entre les députés, les experts, les dirigeants politiques, ainsi que les représentants de l’industrie, y compris Google et Facebook. M. Tajani donnera une conférence de presse à 15h30 et se joindra à un Facebook Live sur les sujets abordés lors de la conférence à 17h30. (Mercredi)

Activités du Président. Le Président du Parlement européen Antonio Tajani participera à la Conférence des Présidents des Parlements de l’Union européenne, à Tallinn, lundi.

Plus d’informations sont disponibles ici.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

INVITATION | La «Stratégie numérique» de l’UE pour les Balkans occidentaux: quel impact sur le processus d’élargissement? | Mardi 24 Avril

Nous sommes heureux de vous inviter à participer à une soirée de discussion sur le sujet de l’impact de la «Stratégie numérique» de l’UE pour les Balkans occidentaux sur le processus d’élargissement avec nos orateurs Madame Mariya Gabriel, Commissaire à l’Économie et à la Société numériques, Monsieur Johannes Noack, Membre du Cabinet du Commissaire Hahn, Politique européenne de voisinage et négociations d’élargissement et Monica Macovei, Présidente de la Commission parlementaire de stabilisation et d’association UE-Albanie, et Madame Maja Handjiska-Trendafilova, Chef d’unité, Stratégie «SEE2020», Conseil de Coopération Régionale.

Monsieur Stéphane Lopez, Ambassadeur, Représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie auprès de l’UE, tiendra un discours d’introduction.

Madame Mariya Gabriel, Commissaire à l’Économie et à la Société numériques tiendra le discours d’ouverture.

Le débat sera modéré par Quentin Ariès, journaliste freelance.

 

En partenariat avec

À propos du débat

Les pays des Balkans occidentaux sont confrontés à de nombreux défis économiques et sociaux alors qu’ils tentent d’achever une double intégration : entre les pays qui composent la région eux-mêmes et entre ces derniers et l’Union européenne. Le processus de Berlin a eu le mérite de remettre au centre de l’action politique de l’UE la question de l’élargissement et l’Union européenne a adopté une série de nouvelles initiatives pour soutenir le processus de réformes dans les pays de la région afin de soutenir leur intégration. Il s’agit notamment d’initiatives visant à améliorer la connectivité dans les secteurs de l’énergie et des transports, à favoriser le développement économique durable, à consolider l’état de droit et à favoriser le partage des valeurs européennes.

Cependant, comme le Président Juncker l’avait annoncé dans son discours sur l’état de l’Union, la Commission a adopté une stratégie qui offre une perspective d’adhésion selon le rythme et les mérites propres de chaque pays candidat ou potentiel candidat, ainsi qu’en fonction de résultats concrets. Quant à la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, elle a lancé une “Plateforme Régionale pour les Investissements » et met l’accent sur la nécessité de rendre la région plus attractive pour favoriser la croissance économique et l’emploi, et sur le rôle de l’intégration régionale. C’est dans ce contexte qu’a émergé un sujet crucial pour le futur des relations entre les Balkans et l’UE: le lien inextricable entre la connectivité numérique et l’approfondissement de l’intégration économique et sociale entre pays des Balkans occidentaux.

En effet, si investir dans les infrastructures est fondamental pour la croissance économique, améliorer les infrastructures physiques seules ne suffira pas à atteindre les résultats souhaités en termes d’intégration régionale et de développement durable. Le sommet de Sofia, que la Bulgarie, présidente du Conseil de l’Union européenne jusqu’en juin, accueillera en mai prochain sera une étape fondamentale pour comprendre comment l’amélioration de la connectivité numérique et l’harmonisation des règles disparates qui y font aujourd’hui obstacle pourront influencer le processus d’élargissement.

Quel impact aura la «stratégie numérique» élaborée par l’UE pour les Balkans occidentaux sur le processus d’élargissement?

Ce évènement est régis par la règle de Chatham House. Les participants sont libres d’utiliser les informations reçues, mais ni l’identité ni l’affiliation des participants ne peuvent être révélées. Pour cette raison, sauf autorisation expresse de PubAffairs Bruxelles, le tournage et/ou l’enregistrement des débats est strictement interdit.

L’événement commencera avec une réception à 19.00, suivie par un débat à 19.30. Nous espérons d’avoir le plaisir de vous voir le 24 avril à 19.00 heures dans les locaux de The Office, rue d’Arlon, 80, Bruxelles.*

A la fin de chaque débat, les participants sont invités à continuer la discussion autour d’un verre dans une ambiance conviviale.

*Veuillez noter SVP que le lieu où nos événements se déroulent a changé

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Économie circulaire: encourager le recyclage des déchets ménagers et réduire la mise en décharge | Parlement européen – Communiqué de Presse

  • Objectif de recyclage des déchets municipaux: 44% aujourd’hui, 55% d’ici 2025, 65% d’ici 2035
  • 10% maximum de mise en décharge d’ici 2035
  • Collecte distincte des textiles et des déchets dangereux   

Le Parlement s’est prononcé en faveur d’objectifs de recyclage ambitieux, dans le cadre de la législation sur les déchets et l’économie circulaire, adoptée mercredi.

L’amélioration de la gestion des déchets peut avoir des effets positifs sur l’environnement, le climat et la santé humaine, mais pas seulement. Les quatre textes législatifs s’inscrivent aussi dans le cadre d’un changement de la politique européenne vers une économie circulaire, c’est-à-dire un système dans lequel la valeur des produits, des matériaux et des ressources est maintenue dans l’économie aussi longtemps que possible.

D’ici 2025, au moins 55% des déchets municipaux (provenant des ménages et des entreprises) devraient être recyclés, selon le texte conclu avec le Conseil des ministres. L’objectif passera à 60% d’ici 2030 et à 65% d’ici 2035. 65% des matériaux d’emballage devront être recyclés d’ici 2025 et 70% d’ici 2030. Des objectifs distincts sont fixés pour les matériaux d’emballage spécifiques, tels que le papier et le carton, le plastique, le verre, le métal et le bois.

En 2016, la France a recyclé et/ou composté 42% de ses déchets municipaux, alors que 22% ont été mis en décharge et 36% incinérés. La Belgique a quant à elle recyclé et/ou composté 54% de ses déchets municipaux, contre 1% mis en décharge et 45% incinérés. Pour sa part, le Luxembourg a recyclé et/ou composté 48,5% de ses déchets municipaux, mis 17% en décharge et incinéré 34,5%.

La mise en décharge, une exception

Par ailleurs, le projet législatif limite la part de déchets municipaux qui pourront être mis en décharge à maximum 10% d’ici 2035. En 2014, l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, les Pays-Bas et la Suède avaient déjà atteint cet objectif.

Les textiles et les déchets dangereux provenant des ménages devront être collectés séparément d’ici 2025. D’ici 2024, les déchets biodégradables devront également être collectés séparément ou recyclés à domicile par compostage.

Réduire le gaspillage alimentaire de moitié

Conformément aux objectifs de développement durable de l’ONU, les États membres devraient s’efforcer de réduire les déchets alimentaires de 30% d’ici 2025 et de 50% d’ici 2030. Afin de prévenir le gaspillage alimentaire, ils devraient prévoir des mesures d’encouragement pour la collecte des produits alimentaires invendus et leur redistribution sûre. La sensibilisation des consommateurs à la signification des « dates limites d’utilisation » et de « péremption » devrait également être améliorée, estiment les députés.

Prochaines étapes

Le texte sera désormais transmis au Conseil pour une approbation formelle avant sa publication au Journal officiel de l’UE, le registre officiel de tous les actes juridiques de l’UE.

« Avec ce paquet, l’Europe s’engage fermement en faveur d’un développement économique et social durable, qui intégrera enfin les politiques industrielles et la protection de l’environnement. En effet, l’économie circulaire n’est pas seulement une politique de gestion des déchets, mais c’est un moyen de récupérer les matières premières et de ne pas mettre à rude épreuve les ressources déjà rares de notre planète, également grâce à une innovation majeure de notre système de production », a déclaré la députée en charge du dossier, Simona Bonafè (S&D, IT).

« Ce paquet contient également des mesures importantes en matière de gestion des déchets, mais va parallèlement plus loin en définissant des règles qui prennent en compte l’ensemble du cycle de vie d’un produit et qui visent à modifier le comportement des entreprises et des consommateurs. Pour la première fois, les États membres seront obligés de suivre un cadre législatif unique et partagé », a-t-elle ajouté.

Contexte: qu’est-ce que l’économie circulaire?

L’économie circulaire implique la réduction au minimum des déchets ainsi que la réutilisation, la réparation, la remise à neuf et le recyclage des matériaux et produits existants. Le passage à une économie circulaire réduira la pression sur l’environnement, renforcera la sécurité de l’approvisionnement en matières premières, augmentera la compétitivité, l’innovation et la croissance, et créera de l’emploi.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Élections européennes 2019: les députés approuvent les dates du scrutin | Parlement européen – Communiqué de Presse

Les élections européennes se tiendront entre le 23 et le 26 mai 2019. Les députés ont approuvé mercredi cette proposition du Conseil ainsi que le calendrier 2019 des sessions du PE.

La procédure de consultation visant à approuver les dates des élections européennes a été préparée par la commission des affaires constitutionnelles du Parlement, qui a adopté le rapport lundi soir.

Les dates du scrutin ont été approuvées en session plénière mercredi par 492 voix pour, 14 contre et 24 abstentions.

Le calendrier des sessions du Parlement pour 2019 a également été adopté en plénière lors d’un vote distinct mercredi.

Citation

‘‘Les prochaines élections du Parlement européen se tiendront entre le 23 et le 26 mai 2019. Nous y serons vite. C’est déjà la neuvième fois que les citoyens de l’Union européenne se rassembleront pour élire leurs représentants au Parlement européen’’, a déclaré la rapporteure du Parlement Danuta Hübner (PPE, PL).

Prochaines étapes

Après avoir consulté le Parlement européen, le Conseil devrait finaliser la procédure avant la fin du mois de juin 2018, afin de donner aux États membres suffisamment de temps pour organiser les élections européennes de l’année prochaine.

Contexte

Selon la loi électorale de 1976, les élections européennes de 2019 devraient normalement se tenir entre le jeudi 6 et le dimanche 9 juin, conformément aux dates auxquelles se sont tenues les premières élections européennes au suffrage direct (du jeudi 9 au dimanche 12 juin 1979). Toutefois, si le Conseil le décide à l’unanimité, il peut proposer de nouvelles dates dans une période de temps donnée, après avoir en premier lieu consulté les députés européens.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Feu vert des députés à la gestion du budget 2016 de l’UE | Parlement européen – Communiqué de Presse

  • Faible taux d’erreur historique
  • Augmentation des arriérés de paiement

Les députés ont approuvé la mise en œuvre du budget 2016 de l’UE lors d’une série de plus de 50 votes mercredi.

Les députés ont salué la diminution des erreurs concernant les paiements – selon le rapport de la Cour des comptes européenne, le taux d’erreur de 3,1% a été le plus bas de ces dix dernières années.

Report de l’approbation pour le Bureau européen d’appui en matière d’asile

Les députés ont reporté l’octroi de la décharge (approbation) de la gestion budgétaire 2016 au Bureau européen d’appui en matière d’asile (EASO), au Conseil et au Conseil européen, mais l’ont accordée à toutes les autres institutions de l’UE, ainsi qu’aux agences, aux entreprises communes et au Fonds européen de développement.

L’EASO fait actuellement l’objet d’une enquête de l’Office européen de lutte antifraude (OLAF), et la Cour des comptes européenne a déjà signalé des lacunes dans ses procédures de passation de marchés.

Le Conseil européen et le Conseil, qui se sont vus refuser la décharge au cours des sept dernières années, n’ont une fois de plus pas fourni les informations dont le Parlement a besoin pour prendre sa décision.

Augmentation des arriérés de paiement

Les députés demandent à la Commission européenne d’accélérer la mise en œuvre des programmes de la politique de cohésion et des paiements correspondants. Les retards ont conduit à de faibles paiements en 2016 et ont créé un record historique de 238 milliards d’euros d’engagements restant à la fin de 2016, ce qui représente un arriéré de paiements de près de trois ans. Les députés craignent que les montants restants ne suffisent pas à financer les besoins inattendus qui pourraient survenir avant 2020, lorsque le budget à long terme actuel prendra fin.

Appels à revoir les politiques agricoles

Par ailleurs, les députés demandent à la Commission européenne de « revoir en profondeur » les programmes initialement mis en place pour encourager les jeunes à se lancer dans l’agriculture et assurer une agriculture plus respectueuse de l’environnement. Les rapports de la Cour des comptes européenne ont révélé qu' »il est peu probable que le verdissement induise des effets bénéfiques (…) du fait que les exigences du verdissement sont généralement modestes et correspondent, dans une grande mesure, à la pratique agricole normale ». La Cour avait également constaté que l’aide aux jeunes agriculteurs n’était pas fondée sur une bonne évaluation des besoins et n’allait pas toujours aux jeunes agriculteurs dans le besoin.

Rubrique unique pour la politique migratoire

Afin d’améliorer la transparence sur le financement de la politique migratoire, les députés demandent à la Commission européenne de regrouper les lignes budgétaires concernées sous une seule rubrique. Par ailleurs, ils souhaitent que le budget annuel de l’UE soit présenté en fonction des priorités politiques européennes.

Contexte

La décharge budgétaire est l’adoption finale de l’exécution du budget pour une année donnée. Le Parlement européen peut accorder, reporter ou refuser la décharge. Si elle est ajournée, le Parlement peut demander à l’institution concernée de fournir des informations supplémentaires avant d’adopter une décision finale plus tard dans l’année. Accorder la décharge clôt l’exercice budgétaire d’une année donnée.

Les erreurs ne signifient pas que des fonds ont été perdus ou gaspillés. Le niveau d’erreur est une estimation du montant qui n’aurait pas dû être versé parce qu’il n’a pas été utilisé conformément aux règles et règlements applicables – par exemple, si les pièces justificatives n’ont pas été fournies.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Eurostat: Le taux d’inflation annuel en hausse à 1,3% dans la zone euro et celui de l’UE en hausse à 1,5% (Mars 2018) | Commission européenne – Communiqué de Presse

Le taux d’inflation annuel de la zone euro s’est établi à 1,3% en mars 2018, contre 1,1% en février. Un an auparavant, il était de 1,5%. Le taux d’inflation annuel de l’Union européenne s’est établi à 1,5% en mars 2018, contre 1,4% en février.

Un an auparavant, il était de 1,6%. Les taux annuels les plus faibles ont été observés à Chypre (-0,4%), en Grèce (0,2%) et au Danemark (0,4%). Les taux annuels les plus élevés ont quant à eux été enregistrés en Roumanie (4,0%), en Estonie (2,9%) ainsi qu’en Slovaquie et en Lituanie (2,5% chacune). Par rapport à février 2018, l’inflation annuelle a baissé dans six États membres, est restée stable dans six et a augmenté dans quinze autres. En mars 2018 les plus fortes contributions au taux d’inflation annuel de la zone euro proviennent des services (+0,67 point de pourcentage), suivis de l’alimentation, alcool & tabac (+0,41 pp), de l’énergie (+0,20 pp) et des biens industriels hors énergie (+0,07 pp). Un communiqué de presse Eurostat est à votre disposition en ligne.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

16 jeunes leaders à la tête de l’édition 2018 des Journées Européennes du Développement | Commission européenne – Communiqué de Presse

La Commission européenne annonce que seize jeunes personnalités issues du monde entier et âgées de 21 à 26 ans, vont participer au Programme de Jeunes Leaders des Journées Européennes du Développement(#EDDs18), les 5 et 6 juin prochains à Bruxelles.

Le commissaire pour la coopération internationale et le développement Neven Mimica a déclaré: « Plus de la moitié de la population mondiale a moins de 30 ans aujourd’hui. Ce n’est pas suffisant de travailler à construire un avenir meilleur pour la jeune génération. Nous devons le construire avec elle, lui donner les opportunités dont elle a besoin pour mettre en pratique ses brillantes idées. Je me réjouis de rencontrer ces jeunes gens inspirants durant les Journées Européennes du Développement 2018. » Les seize Jeunes Leaders ont été sélectionnés parmi 283 candidats originaires de 82 pays pour leurs compétences exceptionnelles et leur engagement, et vont contribuer avec des idées nouvelles aux discussions globales sur les politiques de développement soutenable et en particulier, sur le rôle essentiel que les femmes doivent jouer. Pendant les deux jours de l’événement, ils échangeront leurs opinions et expériences avec des leaders internationaux, les institutions européennes, des professionnels du développement et des représentants du secteur privé. Davantage d’informations sont disponibles ici. Rejoignez la conversation sur Twitter sous les hashtags #EDDs18, #ShEDDs.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn