EU institution news

Marché unique numérique: des experts présentent leurs recommandations pour une intelligence artificielle fiable | Commission européenne – Communiqué de presse

Nommé par la Commission européenne en juin 2018, le groupe d’experts de haut niveau sur l’intelligence artificielle (IA) a présenté aujourd’hui 33 recommandations de politique et d’investissement visant à soutenir le développement et le déploiement d’une IA digne de confiance en Europe. Les recommandations indépendantes soutiennent une approche de l’IA centrée sur l’humain et reconnaissent que l’IA est l’une des technologies les plus transformatrices pour stimuler l’innovation et la productivité. Mariya Gabriel, commissaire chargée de l’économie et de la société numériques, a déclaré: « Les nouvelles recommandations présentées par les experts sont une contribution essentielle à la poursuite de nos travaux communs avec les États membres de l’UE afin de garantir le développement d’une IA digne de confiance – l’utilisation de technologies de pointe qui respecte la vie privée, assure la transparence et prévient les discriminations. Les technologies de l’intelligence artificielle peuvent ainsi devenir un réel avantage concurrentiel pour les entreprises européennes et la société dans son ensemble ». À la suite de leurs lignes directrices en matière d’éthique pour l’IA digne de confiance, publiées en avril, les 52 experts indépendants ont présenté leurs recommandations aux institutions de l’UE et aux États membres lors de l’Assemblée de l’Alliance européenne pour l’IA à Bruxelles. L’apport des experts s’inscrit dans un effort plus large visant à stimuler le secteur européen de l’IA, tout en garantissant un cadre réglementaire approprié. Les experts soutiennent une gouvernance de l’IA basée sur les risques, comprenant une cartographie complète des lois européennes pertinentes ainsi qu’une option consistant à tester des options réglementaires (« regulatory sandboxes ») pour stimuler l’innovation tout en protégeant la société contre des dommages inacceptables. Les lignes directrices et les recommandations d’aujourd’hui viennent après la stratégie européenne sur l’IA, qui propose d’augmenter les investissements publics et privés dans l’IA à 20 milliards d’euros par an au cours de la prochaine décennie. Pour tester et développer plus avant les directives en matière d’éthique pour l’IA digne de confiance, les organisations de l’UE peuvent désormais tester la liste d’évaluation permettant de créer une IA digne de confiance qui font partie des lignes directrices. Plus de 300 organisations ont déjà manifesté leur intérêt à cet égard. L’enquête en ligne sur la liste reste ouverte jusqu’au 1er décembre 2019. Les résultats seront analysés et publiés au début de 2020. 

Aide humanitaire: l’UE mobilise plus de 18 millions d’euros en faveur de la République centrafricaine en 2019 | Commission européenne – Communiqué de presse

Alors que de nombreuses personnes continuent de souffrir en République centrafricaine (RCA), l’Union européenne reste solidaire des populations dans le besoin et annonce une aide humanitaire de 18,85 millions d’euros pour 2019. Ce soutien supplémentaire porte l’assistance humanitaire de l’UE en faveur de la RCA à plus de 135 millions d’euros depuis 2014. Christos Stylianides, commissaire chargé de l’aide humanitaire et de la gestion des crises, a déclaré: « Pour l’UE, la situation humanitaire en République centrafricaine n’est pas une crise oubliée. Nous continuerons à fournir de l’assistance afin de pourvoir une aide vitale aux personnes dans le besoin. Nous restons toutefois préoccupés par les actes de violence perpétrés contre des civils et des travailleurs humanitaires en République centrafricaine. Les personnes innocentes et les travailleurs humanitaires ne doivent pas constituer une cible. » Le financement humanitaire de l’UE en République centrafricaine vise à aider les personnes touchées par le conflit, à prévenir la violence et fournir un soutien médical, psychosocial et juridique aux victimes de violences et d’atteintes aux droits humains, à s’attaquer à la crise alimentaire et nutritionnelle, et à soutenir la fourniture d’aide dans les zones où les infrastructures déficientes et les combats en cours rendent difficile l’accès aux travailleurs humanitaires.

Eurostat: Structure de la dette publique en 2018 – Dette principalement détenue par les non-résidents dans la moitié des États membres de l’UE, les échéances initiales à long terme prévalent nettement | Commission européenne – Communiqué de presse

Des différences importantes peuvent être observées dans l’Union européenne (UE) s’agissant du secteur détenteur de la dette publique. Parmi les États membres pour lesquels des données sont disponibles, la proportion la plus élevée de la dette publique détenue par les non-résidents en 2018 a été enregistrée à Chypre (76%), suivie par la Lettonie (74%) et la Lituanie (73%). À l’inverse, la plus grande part de la dette détenue par le secteur des sociétés financières résidentes a été enregistrée au Danemark (72%), devant la Suède (70%) et l’Italie (65%). D’une manière générale au sein des pays membres de l’UE, moins de 10% de la dette était détenue par les secteurs non-financiers résidents (sociétés non-financières, ménages et institutions sans but lucratif au service des ménages), à l’exception de Malte (25%), la Hongrie (22%), le Portugal (13%) ainsi que l’Irlande (11%). Un communiqué de presse Eurostat est à votre disposition en ligne.

Deuxième jour des Journées européennes du développement 2019 | Commission européenne – Communiqué de presse

Les Journées européennes du développement 2019 (JED) se poursuivent aujourd’hui à Tour&Taxis à Bruxelles avec de nombreux événements de haut niveau et des tables rondes informatives sur le thème de cette année « Lutter contre les inégalités: construire un monde qui ne laisse personne pour compte ». La première journée des JED a été marquée par le discours d’ouverture du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, ainsi que par des échanges fructueux et plusieurs annonces. Le commissaire en charge de la coopération internationale et du développement, Neven Mimica, a signé hier un accord de contribution de l’ordre de 102 millions d’euros avec l’Organisation mondiale de la santé afin de renforcer l’accès aux services de santé dans plus de 80 pays en développement en Afrique, aux Caraïbes, dans le Pacifique et en Asie. Aujourd’hui, le commissaire Mimica a annoncé la prolongation du fonds fiduciaire Bêkou pour la République centrafricaine jusqu’à la fin de 2020. À midi, dans le cadre du Plan d’investissement extérieur de l’UE, la Commission européenne a également signé un accord d’assistance technique avec la Banque de développement néerlandaise (FMO) afin de mieux accompagner les banques locales pour soutenir des entrepreneurs dans la réussite de leurs projets. À 14h30, Marianne Thyssen, commissaire chargée de l’emploi, des affaires sociales, des compétences et de la mobilité des travailleurs, prononcera l’allocution principale du panel de haut niveau intitulé « La protection sociale et le modèle européen d’économie de marché social ». Les lauréats du Prix Média Lorenzo Natali 2019 seront annoncés à 14h30. Le prix sera décerné à trois journalistes choisis parmi plus de 1 200 candidats pour leurs reportages remarquables sur des questions de coopération au développement. Cet événement s’achèvera par un discours du commissaire Mimica. La cérémonie de clôture des JED commencera à 16h30. Les temps forts de l’événement seront diffusés sur le site Web des JED et sur EbS.

L’appel de Tartu pour un mode de vie sain apporte des résultats concrets aux citoyens européens | Commission européenne – Communiqué de presse

Deux ans après son lancement, l’appel de Tartu visant à promouvoir des modes de vie sains dans l’ensemble de l’Union européennea obtenu des progrès satisfaisants. Lors de la Semaine européenne du sport 2017 à Tartu, en Estonie, Tibor Navracsics, commissaire pour l’éducation, la culture, la jeunesse et le sport, Vytenis Andriukaitis, commissaire pour la santé et la sécurité alimentaire, et Phil Hogan, commissaire pour l’agriculture et le développement rural, avaient pris 15 engagements visant à promouvoir des modes de vie sains à travers le sport, l’alimentation, l’innovation ou la recherche. Les premiers résultats montrent clairement que la Commission européenne mobilise des fonds plus importants, accroît la sensibilisation et rassemble davantage de connaissances pour lutter contre les mauvaises habitudes alimentaires, l’obésité ou l’inactivité physique depuis le lancement de l’appel de Tartu. Aujourd’hui, les trois Commissaires en charge organisent un événement à Bruxelles afin de faire le point sur les résultats obtenus et examiner les prochaines mesures à prendre. À cette occasion, ils réaffirmeront leur engagement à promouvoir des modes de vie sains et enverront un message à la prochaine Commission afin qu’elle poursuive les travaux en ce sens. L’événement se conclura par la signature d’une déclaration commune et par une cérémonie de remise de prix, visant à reconnaître les bonnes pratiques en matière de systèmes alimentaires sains et durables et de réduction de la mortalité due à des maladies non transmissibles.

Union de l’énergie: la Commission invite les États membres à être plus ambitieux dans leurs plans visant à mettre en œuvre l’accord de Paris | Commission européenne – Communiqué de presse

La Commission a publié aujourd’hui son évaluation des projets de plans des États membres visant à mettre en œuvre les objectifs de l’union de l’énergie, et en particulier les objectifs convenus au niveau de l’UE en matière d’énergie et de climat à l’horizon 2030.

Dans son évaluation, la Commission estime que les plans nationaux témoignent déjà d’efforts considérables mais que des améliorations restent possibles dans différents domaines, notamment en ce qui concerne les politiques ciblées et individualisées visant à garantir la réalisation des objectifs fixés pour 2030 et à rester sur la voie de la neutralité climatique à plus long terme. L’Union européenne est la première grande économie à concrétiser les engagements qu’elle a pris au titre de l’accord de Paris par la mise en place d’un cadre juridiquement contraignant, et c’est la première fois que les États membres élaborent des plans nationaux intégrés en matière d’énergie et de climat. Toutefois, les mesures prévues par les plans actuels étant insuffisantes en ce qui concerne aussi bien les énergies renouvelables que les contributions à l’efficacité énergétique, il faudra une plus grande ambition collective pour atteindre les objectifs globaux de l’UE en matière de climat et d’énergie.

Le vice-président pour l’union de l’énergie, M. Maroš Šefčovič, s’est exprimé en ces termes: «Ces premiers plans nationaux en matière d’énergie et de climat mettent l’union de l’énergie au niveau des États: à l’instar de l’Union européenne, les États membres présentent tous des politiques en faveur du climat et de la transition énergétique de manière intégrée et sur une durée de dix ans. Les États membres ont élaboré des projets impressionnants en un laps de temps relativement court. En ce qui concerne les plans définitifs, attendus d’ici la fin de l’année, nos recommandations montrent que des efforts supplémentaires sont nécessaires: par exemple, une ambition plus forte, des mesures plus détaillées, une meilleure définition des besoins en investissement, ou un travail plus poussé en matière d’équité sociale. La clarté et la prévisibilité constituent un réel avantage concurrentiel pour la politique européenne en matière d’énergie et de climat. Profitons donc de cette occasion et donnons aux plans nationaux une solide impulsion finale.»

Miguel Arias Cañete, commissaire pour l’action pour le climat et l’énergie, a déclaré quant à lui: «En novembre dernier, nous avons proposé que l’Union européenne devienne neutre en matière de climat d’ici 2050. Nous avons montré la voie à suivre et nous nous réjouissons qu’un nombre croissant d’États membres nous emboîte le pas et œuvre à la réalisation de cet objectif. Après avoir évalué les projets de plans nationaux des États membres, je salue les efforts importants qui ont été accomplis. Toutefois, dans leur version finale, les plans devront montrer une ambition encore plus grande pour mettre l’UE sur la bonne voie dans la lutte contre le changement climatique et la modernisation de notre économie. J’invite le Conseil à engager un débat sur les principales priorités recensées par la Commission et à contribuer à garantir que les plans définitifs contiennent un niveau d’ambition suffisant.»

L’UE est déterminée à respecter ses engagements en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et à fournir à ses citoyens une énergie sûre, abordable et durable. Nous avons créé un système unique de gouvernance en matière d’énergie et de climat dans le cadre duquel l’Union et ses États membres planifient ensemble et atteignent collectivement les objectifs fixés pour 2030, et effectuent une transition juste sur le plan social et économiquement avantageuse vers une économie neutre sur le plan climatique d’ici 2050.

Dans son analyse des projets de plans nationaux, la Commission a examiné leur contribution globale à la réalisation des objectifs de l’union de l’énergie de l’UE et des objectifs pour 2030. Dans leur état actuel, les projets de plans en matière d’énergie et de climat n’apportent pas de réponses suffisantes au regard tant des énergies renouvelables que des contributions à l’efficacité énergétique. En ce qui concerne les énergies renouvelables, l’écart pourrait atteindre 1,6 point de pourcentage. En ce qui concerne l’efficacité énergétique, l’écart peut atteindre 6,2 points de pourcentage (si l’on considère la consommation d’énergie primaire) ou 6 points de pourcentage (si l’on considère la consommation d’énergie finale).

La bonne nouvelle est que les États membres disposent maintenant de 6 mois pour relever leur niveau d’ambition national. Les recommandations et les évaluations détaillées de la Commission visent à aider les États membres à finaliser leurs plans d’ici la fin de 2019 et à les mettre en œuvre efficacement dans les années à venir. Les plans nationaux devraient apporter clarté et prévisibilité aux entreprises et au secteur financier afin de favoriser les investissements privés nécessaires. Ces plans faciliteront également la programmation des financements par les États membres au titre du prochain cadre financier pluriannuel 2021-2027.

Prochaines étapes

La législation de l’Union dans le domaine de l’énergie exige des États membres qu’ils tiennent dûment compte des recommandations de la Commission ou rendent publiques leurs raisons de ne pas le faire. Les États membres sont également tenus d’associer le public à l’élaboration des plans définitifs d’ici la fin de l’année.

Le délai pour la présentation des plans définitifs est fixé au 31 décembre 2019. Les recommandations et la communication de la Commission présentées aujourd’hui font partie d’un processus de navette avec les États membres qui permettra de faire en sorte que, d’ici là, les versions finales des plans nationaux en matière d’énergie et de climat soient suffisamment détaillées, solides et ambitieuses.

La Commission est disposée à soutenir les États membres dans leurs efforts visant à finaliser leurs plans nationaux en matière d’énergie et de climat d’ici la fin de 2019, en s’appuyant sur l’excellent processus de coopération mis en place à ce jour.

Contexte

Les États membres sont tenus, en vertu du nouveau règlement sur la gouvernance de l’union de l’énergie et de l’action pour le climat (qui fait partie du train de mesures «Une énergie propre pour tous les Européens»), entré en vigueur le 24 décembre 2018, d’établir un plan national en matière d’énergie et de climat sur 10 ans couvrant la période de 2021 à 2030.

Chaque État membre était tenu de soumettre son projet de plan national en matière d’énergie et de climat avant la fin de 2018, pour que la Commission puisse l’évaluer en détail. Le règlement dispose que, si les projets de plan national en matière d’énergie et de climat ne contribuent pas suffisamment à la réalisation des objectifs de l’union de l’énergie — individuellement et/ou collectivement — la Commission peut, d’ici la fin du mois de juin 2019, formuler des recommandations à l’intention des États membres pour qu’ils modifient leurs projets de plans.

Les États membres doivent soumettre leur plan national définitif en matière d’énergie et de climat pour la période 2021-2030 avant la fin de 2019.

Pour en savoir plus

Questions et réponses

Fiche d’information sur l’ensemble du paquet

Plans nationaux en matière d’énergie et de climat

Gouvernance de l’union de l’énergie

Communication «Une planète propre pour tous» — Stratégie de décarbonation à l’horizon 2050

Les Journées européennes du développement 2019 ont débuté aujourd’hui à Bruxelles | Commission européenne – Communiqué de presse

La 13ème édition des Journées européennes du développement 2019 (EDD), le principal forum mondial sur la coopération au développement, a officiellement débuté ce matin à Tour&Taxis à Bruxelles, avec la participation du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker qui a délivré un discours lors de la cérémonie d’ouverture.

Le thème des EDD cette année est ‘Réduire les inégalités : construire un monde qui ne laisse personne de côté’. L’évènement rassemble plus de 8 000 parties prenantes issues de plus de 140 pays à travers le monde, y compris des chefs d’Etat ou de gouvernement, des experts, des représentants d’ONG, des influenceurs et des jeunes leaders.Le président Juncker s’est engagé à intensifier la lutte contre les inégalités, en déclarant : « Solidarité et égalité – c’est un devoir de tous les jours qui s’impose à nous. Et les politiques de croissance, les plans de compétitivité, les programmes d’investissement n’ont qu’un seul objectif : ramener les gens au cœur de la société, ne laissez personne sur le bord du chemin. » A 16h aujourd’hui le commissaire aux affaires économiques et financières, à la fiscalité et aux douanes, Pierre Moscovici, s’exprimera lors d’un panel de haut niveau ayant pour thème “Encourager une croissance inclusive”. La commissaire à l’Economie et à la Société numériques, Mariya Gabriel, participera à un panel de haut niveau se concentrant sur l’Afrique et “Combler le fossé digital : la digitalisation et la technologie pour la croissance inclusive”.  Enfin, à 18h45, le commissaire à l’aide humanitaire et à la gestion des crises, Christos Stylianides, interviendra dans un débat sur “Transformer l’inclusion dans les situations humanitaires en une réalité”. En marge de l’évènement, le commissaire à la coopération internationale et au développement, Neven Mimica, a annoncé hier une contribution européenne de 7.3 millions d’euros pour soutenir les communautés locales au Bhoutan. Quelques mois après la signature de l’accord de paix entre le gouvernement et les groupes armés à Bangui en février 2019, le commissaire Mimica annoncera aujourd’hui l’extension du fond fiduciaire Bêkou pour la République Centre Africaine jusqu’à fin 2020. Plus tard dans la journée, il signera également un accord de contribution avec l’Organisation Mondiale de la Santé pour stimuler l’accès aux services de santé dans plus de 80 pays en développement d’Afrique, des Caraïbes, du Pacifique et d’Asie. Des photos et vidéos de l’événement seront diffusées sur le site des EDD et sur EbS. Rejoignez la conversation sur Twitter sous les hashtags #EDD19 #ThinkTwice.

Avril 2019 – Excédent de 15,7 milliards d’euros du commerce international de biens de la zone euro – Excédent de 1,4 mrds d’euros pour l’UE28 de la zone euro – Excédent de 1,4 mrds d’euros pour l’UE28 | Commission européenne – Communiqué de presse

Zone euro

Selon les premières estimations, les exportations de biens de la zone euro (ZE19) vers le reste du monde se sont établies à 192,9 milliards d’euros en avril 2019,  
en hausse de 5,2% par rapport à avril 2018 (183,4 mrds). Les importations depuis le reste du monde ont quant à elles été de 177,2 mrds d’euros, en hausse de 6,6%        
par rapport à avril 2018 (166,3 mrds). En conséquence, la zone euro a enregistré en avril 2019 un excédent de 15,7 mrds d’euros de son commerce international de         
biens avec le reste du monde, contre +17,1 mrds d’euros en avril 2018. Le commerce intra-zone euro a augmenté à 163,7 mrds d’euros en avril 2019, une hausse    
de 3% par rapport à avril 2018.

Texte complet disponible sur le site d’EUROSTAT 

Mai 2019 – Le taux d’inflation annuel en baisse à 1,2% dans la zone euro – En baisse à 1,6% dans l’UE | Commission européenne – Communiqué de presse

Le taux d’inflation annuel de la zone euro s’est établi à 1,2% en mai 2019, contre 1,7% en avril 2019. Un an auparavant, il était de 2,0%. Le taux d’inflation annuel de l’Union européenne s’est établi à 1,6% en mai 2019, contre 1,9% en avril 2019. Un an auparavant, il était de 2,0%. Ces chiffres sont publiés par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Texte complet disponible sur le site d’EUROSTAT 

La Commission promeut la liberté des médias et le pluralisme dans l’UE avec 2,2 millions d’euros | Commission européenne – Communiqué de presse

La Commission annonce aujourd’hui l’octroi d’un montant d’euros sur un budget réservé par le Parlement européen pour financer trois projets pilotes visant à promouvoir un journalisme de qualité et la coopération transfrontalière entre professionnels des médias et organismes d’autorégulation des médias.

Le financement sera mis à disposition au moyen de trois appels à propositions qui s’inscrivent dans le cadre des efforts déployés par l’UE pour promouvoir et stimuler la liberté des médias et le pluralisme en Europe. Le premier appel d’une valeur de 1,2 million d’euros facilitera la mobilité transfrontalière et le placement de jeunes professionnels travaillant dans le domaine des médias d’information. Le second investit 500 000 euros dans la promotion de stages dans les principaux médias européens pour les professionnels travaillant dans les langues minoritaires. Le dernier appel prévoit 500 000 euros pour mieux comprendre et favoriser la collaboration entre les organismes d’autorégulation des médias, cruciaux dans la promotion du respect des standards d’éthique professionnelle, et soutenir leur adaptation au monde en ligne. Les appels se dérouleront du 21 février au 17 avril 2019. Les trois projets sélectionnés dureront 12 mois. De plus amples informations sur les critères d’éligibilité pour chaque appel sont disponibles en ligne.