Budget de l’UE: la Commission s’assure à ce que chaque euro du budget de l’UE soit bien utilisé | Commission européenne – Communiqué de presse

La Commission Juncker a bien progressé en s’assurant que chaque euro du budget de l’UE soit bien dépensé et transmet à son successeur un système solide de protection du budget. C’est l’une des principales conclusions de la 30e édition du rapport sur la protection des intérêts financiers de l’Union européenne, que la Commission européenne a publié aujourd’hui. Bien entendu, des efforts supplémentaires aux niveaux européen et national sont nécessaires pour répondre aux nouvelles tendances en matière de contournement des règles et d’adaptation à un paysage institutionnel diffèrent. Le commissaire européen chargé du budget et des ressources humaines, Günther H. Oettinger, a déclaré: « Au cours des cinq dernières années, la Commission a pris des mesures importantes pour garantir la protection du budget de l’UE et créer une valeur ajoutée pour les citoyens. C’est une bonne nouvelle pour nous tous. Les citoyens peuvent être rassurés que leur argent est dépensé là où il est le plus nécessaires, contribue à adresser les défis au niveau de l’UE et fait la différence pour un grand nombre de personnes, dans l’UE et au-delà. » À cette fin, la Commission a pris un certain nombre de mesures au cours des années. Celles-ci incluent, par exemple, de nouvelles règles simplifiées selon lesquelles le budget de l’UE est dépensé, entrées en vigueur le 2 août 2018, ainsi qu’une nouvelle stratégie antifraude visant à améliorer encore la détection, la sanction et la prévention de la fraude et soutenant les efforts de la Commission à réduire encore la fraude contre le budget de l’UE. La Commission soutient également activement la création du Parquet européen, un corps de magistrats indépendant et décentralisé de l’Union européenne doté de la compétence pour rechercher, poursuivre et traduire en justice les auteurs d’infractions portant atteinte au budget de l’UE, telles que la fraude, la corruption ou la fraude transfrontière grave à la TVA. Pour faciliter la coopération entre le Parquet européen et l’Office européen de lutte antifraude (OLAF), la Commission a proposé de modifier les règles régissant l’OLAF, qui sont en cours de négociation par les co-législateurs. Plus d’informations sont disponibles en ligne ici.