Journée mondiale des réfugiés: déclaration conjointe de la Commission européenne et du haut représentant | Commission européenne – Communiqué de presse

À l’occasion de la Journée mondiale des réfugiés le 20 juin, la Commission européenne et le haut représentant ont fait cette déclaration conjointe : « Aucun pays, aucune région du monde n’a été épargnée par l’impact de la COVID-19. Le virus exacerbe les inégalités existantes et a un effet disproportionné sur les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, les migrants vulnérables et les apatrides. Nous devons tous redoubler d’efforts. Alors que des campagnes de vaccination sont en cours dans l’UE, l’UE s’efforce de garantir un accès universel aux vaccins contre la COVID-19, notamment par le biais de la facilité COVAX. 86% des personnes déplacées dans le monde sont hébergées dans des pays en développement, qui sont également confrontés à de sérieuses difficultés en raison de la pandémie. Malgré ces défis, la pandémie nous a également rapprochés. Nous avons vu de nombreux exemples de réfugiés et de leurs communautés d’accueil unissant leurs efforts et se mobilisant dans les moments les plus difficiles, démontrant une fois de plus l’énorme potentiel des réfugiés à s’épanouir dans leurs nouveaux foyers, lorsqu’ils reçoivent un soutien suffisant. Il est de notre responsabilité de soutenir les réfugiés ainsi que les pays d’accueil dans ce contexte difficile. Nous aidons à répondre aux besoins fondamentaux des personnes et à favoriser l’inclusion sociale par l’accès à l’éducation, à la santé, à l’emploi et aux moyens de subsistance. L’UE a été à l’avant-garde de la réponse internationale aux grandes crises de réfugiés, telles que celles qui touchent les Syriens, les Vénézuéliens et leurs communautés d’accueil. À l’occasion de cette Journée mondiale des réfugiés, nous annonçons une nouvelle initiative, le « Lives in Dignity Grant Facility » (Facilité de subventions pour des vies dans la dignité), qui vise à trouver de nouvelles formes de collaboration entre les acteurs de l’humanitaire, du développement et de la paix pour faire face aux situations de déplacement forcé les plus difficiles dans le monde. 12 des 24 premiers millions d’euros du financement de démarrage se concentreront sur les régions d’Asie, d’Amérique latine et d’Afrique subsaharienne. » La déclaration complète est disponible en ligne