La Commission définit des actions clés pour créer un front uni dans la lutte contre la COVID-19 | Commission européenne – Communiqué de presse

Deux jours avant la réunion des dirigeants européens sur une réaction coordonnée à la crise de la COVID-19, la Commission a défini un certain nombre de mesures nécessaires pour renforcer la lutte contre la pandémie. Dans une communication adoptée aujourd’hui, elle invite les États membres à accélérer le déploiement de la vaccination dans l’ensemble de l’UE: d’ici mars 2021, chaque État membre devrait avoir vacciné au moins 80 % des personnes âgées de plus de 80 ans et 80 % des professionnels de la santé et des services sociaux. Et d’ici l’été 2021, les États membres devraient avoir vacciné au moins 70 % de la population adulte.

La Commission invite également les États membres à continuer d’appliquer les mesures de distanciation physique, de limiter les contacts sociaux, de lutter contre la désinformation, de coordonner les restrictions de déplacement, d’intensifier le dépistage et d’accroître le traçage des contacts et le séquençage du génome afin d’attaquer de front les risques inhérents aux nouveaux variants du virus. Compte tenu de la tendance à la hausse du nombre de cas observée ces dernières semaines, nous devons redoubler d’efforts pour soutenir les systèmes de santé et faire face à la «lassitude associée à la COVID» dans les mois à venir, ce qui passe notamment par une accélération générale de la vaccination et un soutien à nos partenaires dans les Balkans occidentaux, dans le voisinage méridional et oriental ainsi qu’en Afrique.

La communication d’aujourd’hui présente des actions clés pour les États membres, la Commission, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) et l’Agence européenne des médicaments (EMA), qui contribueront à réduire les risques et à maîtriser le virus:

Accélération du déploiement de la vaccination dans l’ensemble de l’UE

  • D’ici mars 2021, chaque État membre devrait avoir vacciné au moins 80 % des personnes âgées de plus de 80 ans et 80 % des professionnels de la santé et des services sociaux.
  • D’ici l’été 2021, les États membres devraient avoir vacciné 70 % de la population adulte totale.
  • La Commission, les États membres et l’EMA travailleront en collaboration avec les entreprises pour exploiter au maximum le potentiel d’augmentation de la capacité de production de vaccins de l’UE.
  • La Commission travaille avec les États membres à l’élaboration de certificats de vaccination, en pleine conformité avec la législation de l’UE sur la protection des données, qui peuvent soutenir la continuité des soins. Une approche commune doit être adoptée d’ici la fin janvier 2021 de façon à ce que les certificats des États membres puissent être rapidement utilisables dans les systèmes de santé de toute l’UE et au-delà.

Dépistage et séquençage du génome

  • Les États membres devraient mettre à jour leurs stratégies de dépistage afin de tenir compte des nouveaux variants et d’étendre le recours aux tests rapides de détection d’antigènes.
  • Les États membres devraient d’urgence porter le séquençage du génome à au moins 5 % et, de préférence, à 10 % des résultats positifs aux tests de dépistage. Les tests actuellement effectués par de nombreux États membres concernent moins de 1 % des échantillons, ce qui est insuffisant pour observer la progression des variants ou en détecter de nouveaux.

Préserver le marché unique et la libre circulation tout en renforçant les mesures d’atténuation

  • Il convient d’appliquer des mesures visant à davantage réduire le risque de transmission lié aux moyens de transport, telles que des mesures d’hygiène et de distanciation dans les véhicules et les terminaux.
  • Tous les déplacements non essentiels devraient être fortement découragés jusqu’à une amélioration sensible de la situation épidémiologique.
  • Il convient de maintenir des restrictions de déplacement proportionnées, notamment le dépistage des voyageurs, pour les personnes arrivant de zones où l’incidence des variants préoccupants est plus élevée.

Leadership européen et solidarité internationale

  • Pour garantir un accès rapide aux vaccins, la Commission va mettre en place un mécanisme dans le cadre de Team Europe («équipe d’Europe») destiné à structurer la fourniture de vaccins que les États membres partageront avec des pays partenaires. Cela devrait permettre de partager l’accès à une partie des 2,3 milliards de doses obtenues dans le cadre de la stratégie de vaccination de l’UE avec des pays partenaires, en particulier dans les Balkans occidentaux, dans notre voisinage méridional et oriental et en Afrique.
  • La Commission européenne et les États membres devraient continuer d’apporter leur soutien à COVAX, notamment par un accès rapide aux vaccins. Team Europe a déjà mobilisé 853 millions d’euros en faveur de COVAX, ce qui fait de l’UE l’un des principaux donateurs de ce mécanisme.

Plusieurs membres du collège se sont exprimés à ce sujet:

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a déclaré: «La vaccination est essentielle pour sortir de cette crise. Nous avons déjà obtenu suffisamment de vaccins pour l’ensemble de la population de l’Union européenne. Nous devons à présent accélérer la fourniture et passer à la vitesse supérieure pour la vaccination. Notre objectif est de faire vacciner 70 % de notre population adulte d’ici l’été. Cela pourrait marquer un tournant dans notre lutte contre ce virus. Cependant, nous ne mettrons fin à cette pandémie que lorsque toute la population mondiale aura accès aux vaccins. Nous intensifierons nos efforts pour aider nos voisins et nos partenaires dans le monde à obtenir des vaccins.

Le vice-président chargé de la promotion de notre mode de vie européen, Margaritis Schinas, a déclaré: «L’apparition de nouveaux variants du virus et les fortes augmentations de cas ne laissent aucune place à l’autosatisfaction. Aujourd’hui plus que jamais, l’Europe doit réaffirmer sa détermination à agir d’une seule voix de manière coordonnée, dans un esprit d’unité et avec la plus grande vigilance. Les propositions que nous présentons aujourd’hui visent à protéger davantage de vies et de moyens de subsistance par la suite et à soulager les systèmes de soins de santé et les travailleurs déjà mis à rude épreuve. C’est ainsi que l’UE sortira de la crise. Si la fin de la pandémie se profile à l’horizon, elle reste encore lointaine.»

Stella Kyriakides, commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, a déclaré pour sa part: «Si nous travaillons ensemble en faisant preuve d’unité, de solidarité et de détermination, nous pourrons bientôt commencer à voir le début de la fin de la pandémie. Maintenant tout particulièrement, nous devons agir vite et de manière coordonnée pour lutter contre les nouveaux variants du virus. Il faudra encore du temps avant que la vaccination ne soit accessible à tous les Européens et, en attendant, nous devons prendre ensemble des mesures immédiates, coordonnées et proactives. La vaccination doit être accélérée dans toute l’UE, le dépistage et le séquençage doivent être renforcés: c’est ainsi que nous pouvons garantir que nous sortirons de cette crise le plus rapidement possible.

Contexte

La Communication d’aujourd’hui s’appuie sur la communication du 2 décembre 2020 intitulée «Rester à l’abri de la COVID-19 pendant l’hiver».

Pour en savoir plus

Communication: Un front uni pour vaincre la COVID-19

Des vaccins sûrs contre la COVID-19 pour les Européens