Le Plan Juncker investit dans une société de cœurs artificiels en France et dans un gazoduc en Roumanie | Commission européenne – communiqué de presse

La Banque européenne d’investissement (BEI) vient de signer deux projets sous le Plan Juncker en France et Roumanie. En France, la BEI fournit un prêt de 30 millions d’euros garanti par le Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) – le cœur du Plan Juncker – à la société française Carmat.

Ce prêt aidera la société à finaliser les études cliniques et à accélérer la mise sur le marché de ses cœurs artificiels qui, de renommée mondiale, soulèvent un immense espoir pour les patients. En Roumanie, un prêt de 50 millions d’euros soutenu par l’EFSI financera la construction d’un gazoduc qui reliera les sources de gaz de la Mer Noire au réseau de transmission national ainsi qu’au corridor BRUA liant la Bulgarie, la Roumanie, la Hongrie et l’Autriche. Le projet participera ainsi à une meilleure connectivité énergétique en Europe et apportera sa pierre à l’édifice de l’Union de l’Energie. Des communiqués de presse sont disponibles ici. En décembre 2018, le Plan Juncker a mobilisé plus de 371 milliards d’euros supplémentaires en Europe, y compris 60,5 milliards d’euros en France et 2,7 milliards d’euros en Roumanie, avec 856 000 petites et moyennes entreprises bénéficiant d’un meilleur accès au financement.