Santé des végétaux: la priorité accordée à la lutte contre 20 organismes de quarantaine sur le territoire de l’UE | Commission européenne – Communiqué de presse

La Commission a publié aujourd’hui une liste de 20 organismes de quarantaine réglementés, considérés comme des organismes de quarantaine prioritaires, parmi lesquels Xylella fastidiosa (maladie de Pierce), Popillia Japonica (scarabée japonais), Anoplophora glabripennis (longicorne asiatique), Candidatus Liberibacter spp («greening» des agrumes) et Phyllosticta citricarpa (maladie des taches noires des agrumes), dont l’impact économique, environnemental et social sur le territoire de l’Union est le plus grave. Les États membres devront lancer des campagnes de sensibilisation du grand public, réaliser des enquêtes annuelles, préparer des plans d’intervention, des exercices de simulation et des plans d’action en vue de l’éradication de ces organismes nuisibles.

Saluant l’adoption de cette liste, M. Vytenis Andriukaitis, commissaire chargé de la santé et de la sécurité alimentaire, a déclaré: «La santé des végétaux a été l’une des préoccupations majeures de mon mandat au cours des cinq dernières années. C’est la raison pour laquelle je suis particulièrement heureux de pouvoir inscrire à mon bilan l’établissement de cette priorité, qui aidera l’UE et les États membres à mieux se préparer et à engager des actions rapides contre ces dangereux organismes nuisibles aux végétaux ainsi qu’à contribuer au «Green Deal» européen, à la protection de notre biodiversité, de nos écosystèmes naturels et de l’agriculture de l’UE.»

Tibor Navracsics, commissaire chargé de l’éducation, de la culture, de la jeunesse et du sport, responsable du Centre commun de recherche, s’est exprimé en ces termes: «Afin de protéger efficacement nos végétaux et la qualité de vie de nos citoyens, nous devons d’abord saisir la gravité de l’incidence économique, environnementale et sociale d’organismes nuisibles tels que le scarabée japonais et la maladie des taches noires des agrumes. Grâce à un nouvel indicateur conçu par le Centre commun de recherche, nous pouvons à présent estimer les dommages causés par ces organismes nuisibles sur plusieurs plans, y compris les moins tangibles, tels que le paysage, le patrimoine culturel, la biodiversité et les écosystèmes. Nous avons pu de la sorte déterminer les 20 organismes nuisibles les plus néfastes sur lesquels devraient se concentrer nos efforts

La sélection des organismes nuisibles repose sur l’évaluation effectuée par le Centre commun de recherche de la Commission et l’Autorité européenne de sécurité des aliments, qui tient compte de la probabilité de propagation et d’établissement de ces organismes, ainsi que de survenance de conséquences pour le territoire de l’Union. Les points de vue du groupe d’experts et les contributions du public via le portail Mieux légiférer ont également été pris en compte.

La nouvelle méthodologie montre, par exemple, qu’en cas de propagation à l’ensemble de l’UE, la bactérie Xylella fastidiosa, organisme nuisible ayant la plus forte incidence sur les cultures agricoles, y compris les fruits, pourrait entraîner des pertes de production annuelles de 5,5 milliards d’euros, touchant 70 % de la valeur de production d’oliviers âgés (plus de 30 ans) dans l’Union et 35 % de la valeur de production d’oliviers plus jeunes. Outre leur incidence directe sur la production, les organismes nuisibles ont des effets indirects importants sur un large éventail de secteurs économiques en amont et en aval. Par exemple, une éventuelle propagation du longicorne asiatique (Anoplophora glabripennis) dans l’ensemble de l’UE pourrait entraîner la perte directe de plus de 5 % du bois sur pied de plusieurs essences forestières de l’UE, telles que l’aulne, le frêne, le hêtre, le bouleau, le saule, l’érable ou le platane. La valeur de ces arbres est évaluée à 24 milliards d’euros et l’impact économique sur le secteur forestier en amont pourrait s’élever à 50 milliards d’euros.

Contexte

L’article 6, paragraphe 2, du règlement (UE) 2016/2031 du Parlement européen et du Conseil relatif aux mesures de protection contre les organismes nuisibles aux végétaux confère à la Commission le pouvoir d’adopter des actes délégués pour compléter ledit règlement en établissant la liste des organismes de quarantaine prioritaires.

L’acte délégué a été adopté par la Commission le 1er août 2019. Au cours de la période d’examen de deux mois qui a suivi, ni le Conseil ni le Parlement n’ont soulevé d’objections. Par conséquent, le règlement est maintenant publié et peut entrer en vigueur.

Pour en savoir plus:

DG SANTE: Santé des végétaux:

Site web du Centre commun de recherche sur les incidences potentielles des organismes de quarantaine prioritaires

Autorité européenne de sécurité des aliments